Vos actualitées sur DOMeNIC

Slamming : les différents types d’arnaques au nom de domaine

19.04.2016

Le slamming est, à la base, une pratique peu scrupuleuse qui consiste à inciter les propriétaires de noms de domaine à renouveler leur abonnement chez un autre registrar sous peine de suppression


De façon plus générale, le slamming est un terme désignant une variété de pratiques illicites, fondées sur la tromperie, et visant à obtenir d'un titulaire de nom(s) de domaine ou de marque(s) qu'il souscrive à des services non sollicités en relation avec sa présence sur internet.

Cela commence par une simple lettre. Vous pensez recevoir une facture pour le renouvellement de votre nom de domaine, à cette exception que la missive ne provient pas de votre ' registrar ' habituel. Il s'agit en fait d'un simple courrier qui vous a été adressé par Domain Registry Of America (Europe, Canada ou Australia selon les variantes).

Ce prestataire vous alerte sur le fait que votre nom de domaine arrivera bientôt à expiration.

Il y a donc urgence ! Pour plus de sécurité, DROA vous propose de renouveler votre nom de domaine pour un, deux ou cinq ans. Inconvénient : dans le cas de DROA, les tarifs pratiqués sont bien supérieurs à ceux du marché (27 euros pour un an, soit 15 euros de plus que les prix les plus souvent constatés).

Fait plus grave, en acceptant de payer ce prestataire vous lui transférez (sans toujours en avoir conscience) la gestion de votre nom de domaine. Abandonnant de facto votre ancien registrar. Dans le milieu du nommage, cette pratique sauvage a désormais un nom : le slamming.

Les emails de renouvellement.

Dans ce type de slamming, des emails contenant des avis d’expiration sont envoyés aux entreprises les invitant à renouveler l’abonnement à leur nom de domaine. Le fichier joint ressemble à un document officiel et contient même les données concernant le nom de domaine, avec notamment la date d’expiration. Il est donc très facile pour une personne sans grande connaissance des procédures de se faire avoir.Il s’agit en réalité d’une demande de transfert du nom de domaine vers l’émetteur de cet email, le « slammer », qui fait ensuite payer le renouvellement du nom de domaine à l’entreprise beaucoup plus cher que le prix initial.